Après avoir fait pousser quelques céréales [lien] vient le temps de moissonner et de traiter la récolte.

Les années précédentes les quantités de céréales que j’ai fait pousser étaient anecdotiques, mais cette année j’en ai suffisamment à traiter pour commencer à m’intéresser à la façon la plus facile/rationnelle de récolter et de traiter tout ça.

Faucher ? Je me suis d’abord dis que le plus simple serait probablement de faucher à la faux ou à la sape ou au croissant ou bien encore à la faucille… Mais comme je ne voulais pas abîmer la paille en la battant au fléau (car je voulais vanner avec) et qu’en plus j’avais des variétés différentes côte à côte, j’ai commencé par essayer de couper uniquement les épis un par un ou par poignées avec un couteau et ensuite avec un sécateur bien aiguisé. Ça fonctionne bien, mais, punaise que c’est lent… Las j’ai fini par couper le restant à la faucille à raz du sol.

J’ai mis dans des sacs de jutes les épis par variété et je les ai emmenés jusqu’à la maison pour plus de commodité. J’ai alors pris un gros bout de bois bien lourd et j’ai tapé sur le sac de toile en remuant de temps en temps jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de grains sur les épis, ce qui est quand même relativement long.

Ne pas oublier de bien ficeler l’ouverture :p

J’ai alors encore changé de stratégie et ai mis tous les épis dans une grosse poubelle, puis l’on a tassé avec les pieds et battu le tout avec un gros bout de bois bien lourd auquel j’ai ajouté une barre au niveau du menton pour plus de facilité de manutention (voir le schéma). Le résultat est plus rapide car l’on peut donner plus de force et frapper les épis directement, mais du coup il y a beaucoup de paille mélanger au gain.

Avec tous les épis battus, il ne reste qu’à vanner l’ensemble, c’est-à-dire ne garder que les grains et faire partir tout le reste. Pour ça l’on peut utiliser le vent en jetant l’ensemble en l’air lorsque le vent est suffisamment fort sur une surface propre, le grain retombe presque sur place alors que la balle et les brindilles s’envolent au loin. Pour l’anecdote, j’ai vu en Inde des paysans jeter le blé sur les routes pour que les roues des voitures batte et que le courant d’air crée par la vitesse vanne l’ensemble, c’est très malin et aussi très dangereux, car des enfants couraient récupérer les grains avant que d’autres véhicules ne le transforment en farine au risque de se faire eux même transformer en farine 🙁 pardon de la digression… donc… pour ma part j’ai plutôt choisi de passer les grains que je voulais manger au Tarare car c’est la façon que je trouve la plus rapide, mais vu qu’il y a toujours des grains coincés dans la machine je n’ai pas voulu l’utiliser pour les variétés de céréales dont je voulais garder les semences pures, car j’avais peur d’avoir des grains intrus (d’une autre variété). L’on a donc utilisé deux tamis superposés, que j’avais acheté en magasin de bricolage. Celui de dessus juste un peu trop grand pour que les grains tombent au travers mais pas les épis et les grosses brindilles et un au-dessous trop petit pour que les grains passent mais que la poussière si…

Après un dernier tri manuel, les grains sont bons à être stoker pour les semis de l’année prochaine et les échanges.

J’en profite pour mettre ici la liste des variétés que j’ai à l’échange :

  • Blé ‘Rouge de Bordeaux’
  • Orge ‘Étoile du berger’
  • Avoine
  • Avoine noire
  • Seigle
  • Mélange de blés à pailles courtes
  • Mélange de blés à pailles longues

Et pour clôturer le cycle du blé je posterai plus tard un court article sur la mouture du blé avec mon « petit » moulin et la fabrication de galettes, à bientôt _o/

Résultat final 🙂

9 Responses to Récolte et battage des céréales 2016
  1. magnifique ! connaissez-vous qqu’un qui fit le même travail d’acclimatation de céréales anciennes jardinées nord de la Loire ?

  2. Bonsoir j’aimerais essayer de faire pousser un peu de céréales chez moi, juste sur environ 10m2 pour démarrer. Le but serait donc de diversifier mon potager, avoir de la paille “sur place”, et utiliser les grains en nourriture de mes 2 futures poules pondeuse…
    Je ne connais absolument pas vos variétés, j’habite en Sarthe, mon terrain est assez lourd et argileux…
    Merci de votre réponse, en échange je possède des graines potagères et de fleurs.

  3. C’est beau. Merci de partager votre expérience une peu folle dans notre temps, mais si utile.

  4. Bonjour Renaud, cool de voir que les épis coupés au couteau soient devenus farine et galette 😉
    J’espère que la récolte de cet été a été satisfaisante.

  5. Bonjour Renaud, peux tu me dire qu’elle variété tu as utilisé pour faire ta farine et combien de kilo tu as récolté pour qu’elle surface semée
    Ça me plairait de semer mon blé vu que je fais ma farine et mon pain
    J’achète mon blé le top serait de le produire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *