Fabriquer des étiquettes en zinc

Publié par Renaud le

Je vous ai expliqué dans cet article comment je faisais les étiquettes en bouteilles de lait, je vais vous présenter maintenant comment je fabrique mes étiquettes en zinc.

Les étiquettes en bouteille de lait sont rapides à faire, mais elles ne sont pas très durables, quelques années tout au plus, pour les légumes annuels ça va, mais pour vivaces, les arbustes, les arbres, bref tout ce qui vit quelques années j’ai envie de faire des étiquettes plus pérennes, histoire de ne pas avoir à les refaire tous les ans et, au mieux, à ne jamais avoir à les refaire du tout…

Pour ce faire j’utilise des vieilles gouttières en zinc toute trouées et tordues, mais n’importe quel bout de zinc pas trop naze fera l’affaire. Je coupe des tranches de gouttière d’une quinzaine de centimètres de long avec une scie à métaux ou directement à la cisaille et je les martèle pour les aplatir. Dans cette petite plaque je découpe autant de bandes de 2 à 3 centimètres que je peux. Je les remartèle pour qu’elles soient à nouveau plates.

Pour graver le nom des végétaux, j’ai acheté pour trois fois rien, un coffret de poinçons à frapper pour métal avec toutes les lettres. Je m’assis ensuite près d’un billot sur lequel j’ai installé une plaque de fonte pour me servir de table de travail, car sur une surface « molle » les poinçons ne marquent pas correctement. Tout d’abord je sélectionne toutes les lettres dont j’ai besoin et les positionne dans le bon ordre à côté de moi. Je pose ensuite ma petite bande de zinc sur la plaque de fonte et positionne la première lettre à son emplacement en la tenant fermement plaquée contre le zinc pour que le coup de marteau ne la fasse pas bouger. Je donne donc un bon coup de marteau, ni trop ni pas assez, car sinon les lettres seraient illisibles ou alors la bande de zinc risquerait de se fendre, faites particulièrement attention au I qui a tendance à trancher en deux notre belle bandelette 🙁 . Prendre la lettre suivante et recommencer. Il faut bien faire attention à ce que la lettre soit dans le bon sens, qu’elle soit aussi horizontale que possible et bien espacée régulièrement des autres lettres. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai remarqué que l’on avait tendance à descendre lettre après lettre.

Une fois toutes les lettres frappées, si c’est pour servir à ficher dans le sol j’appointe un côté qui servira à être planté et arrondis l’autre pour ne pas se faire mal. Si les étiquettes sont accrochées, comme c’est le cas par exemple pour les arbres fruitiers, j’arrondis les deux bouts et plante un gros clou dans la partie opposée au texte pour pouvoir passer ensuite une ficelle, mais avant cela, je retire le clou et lime l’excédent de zinc pour que la ficelle ne risque pas de se scier avec le frottement.

Ces étiquettes ont une durée de vie extrêmement longue, j’en mets à tous les arbres et à toutes les plantes vivaces et même pour certaines annuelles. Dernière précision, l’on peut aussi écrire dessus au feutre blanc, a la peinture, au crayon de charpentier etc…

 

Matériaux nécessaires :

* Du zinc

* Un marteau

* Une surface dure et solide

* Une cisaille à zinc

* Un coffret de poinçons à frapper pour métal avec toutes les lettres

* Un clou

* De la ficelle

* Une lime à métal

* Une scie à métaux

 

Ps: On trouve sur internet des “Étiquettes horticoles en zinc” pour 14 euros les 10 !!


Renaud

Renaud

J’aménage dans l'Allier une prairie de trois hectares pour la transformer en lieu de vie agréable, nourricier, résiliant et durable. Ce blog suivra la vie de ce lieu au fil des saisons et des travaux.

3 commentaires

Largeaud · 21 janvier 2017 à 7 h 26 min

Merci

Franck · 24 janvier 2017 à 11 h 52 min

Excellent article Renaud! Très inspirant! D’ailleurs, je vais honteusement te copier…

    Renaud

    Renaud · 24 janvier 2017 à 20 h 44 min

    Salut Franck ! Copie, copie, c’est fait pour ça 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *